Daily Archives: January 20, 2009

Ecrire sur Gaza, de Jerusalem par Maïs Perle

Plusieurs jours que je souhaite écrire sur la situation à Gaza et dans les territoires. Ma tête et mon cœur bouillent. Ma gorge est glacée. La situation n’est pas aisée à expliquer. Les discours des uns et des autres s’entremêlent, le flux d’information est continu. Je suis branchée à Al-Jazeera, BBC, France 24, Al-Aqsa (la chaîne officielle du Hamas) en permanence. Je scrute la presse palestinienne, israélienne, française et anglophone : les noms d’Al-Quds, Haaretz, Jerusalem Post, Le Monde, New York Times, The Independent ou encore the Guardian tournent dans ma tête, comme assomée par l’horreur de la situation à Gaza.

Malgré la dureté de ce contexte et les tourments d’une guerre qui se poursuit depuis 15 jours, je me réjouis d’être à Jérusalem et de mieux comprendre la situation. Comme l’impression vive de m’approcher de la Vérité. Une vérité au visage glacial et glaçant.

Les bombardements israéliens se sont intensifiés ce matin. 18 jours d’une offensive sans précédent dans l’histoire du conflit israélo-palestinien. Certes, il y a eu l’offensive militaire sanglante contre le camp de réfugiés de Jénine en 2002, un camp de “résistants contre l’occupation israélienne” (source palestinienne), un camp abritant des “terroristes” (source israélienne). Amnesty International a d’ailleurs à l’époque accusé Israël de crimes de guerre. Selon ce rapport, l’armée israélienne a “tué des civils, torturé des prisonniers, utilisé des civils comme boucliers humains, détruit des maisons et empêché l’acheminement d’aide humanitaire et médicale aux Palestiniens.” Certes… Mais cette fois, les opérations militaires conduites par Israël (“plomb durci”) sont de plus grande envergure. Le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre Salam Fayyad évoquent une nouvelle “naqba”, faisant référence aux conséquences de la guerre de 1948 (exil de la majorité des palestiniens, contraints à être réfugiés).

Gaza, bande de terre étroite (350 kilomètres carrés), peuplée par 1,5 millions de réfugiés palestiniens. Gaza, territoire le plus densément peuplé au monde (4000 habitants au kilomètre carré). Gaza, soumis à un siège économique depuis juin 2007 suite à la victoire du mouvement Hamas aux élections législatives en janvier 2006. Un siège soutenu par les Etats-Unis et l’Union européenne qui implique une restriction de la circulation des hommes et des biens (fuel, électricité, nourriture, médicaments… ). Isolement politique du Hamas, qui pourtant a été élu démocratiquement. Isolement d’une population entière. Des tunnels ont été creusés le long de la frontière de Gaza pour survivre au siège et éviter une crise humanitaire. Des tunnels qui ont permis d’approvisionner la bande de Gaza en vivres. Tout passait par ces tunnels (et même un crocodile pour le zoo de Gaza)! Les points de passage entre l’Egypte et Israël étant fermés, les gazaouis ont fait preuve d’inventivité pour survivre. Une économie parralèle s’est développée au bénéfice d’une population démunie. La ville de Rafah, à la frontière égyptienne, a prospéré aux dépens de Gaza-ville. Il était devenu rentable d’acheter un terrain et de creuser un tunnel. Environ 80 dollars était le prix de passage pour un être humain. Sans doute moins pour un âne ou un crocodile.

Israël, contrairement à ses déclarations, a rompu la trêve qui avait été conclue entre le Hamas et Israël en juin 2008. Les Etats-Unis ont fini par reconnaître, après avoir accusé le Hamas, qu’Israël était en effet responsable du viol de la trêve. Le 4 novembre dernier, Israël a pénétré dans la bande de Gaza et a tué plusieurs membres des factions palestiniennes et du Hamas. En réponse, le Hamas a repris ses tirs de roquettes contre Israël. Des tirs qui jusqu’à l’offensive militaire “Plomb durci” n’avaient fait aucune victime. Les dégâts matériels étaient très restreints, comme un impact dans une maison dans la ville de Sderot, qui historiquement, selon le plan de partition des Nations-Unies lors de la création d’Israël, faisait partie de la bande de Gaza.

Une offensive sans précédent. A cette heure, plus de 900 personnes ont été tuées, dont 235 enfants. Plus de 4000 personnes sont blessées. L’armée israélienne se targue de prévenir les populations civiles avant de bombarder en les appelant sur leurs téléphones portables. Problème, il n’y a plus d’électricité dans la majeure partie de la bande. Les portables sont donc pour beaucoup déchargés, à moins d’avoir un accès aux rares générateurs électriques. L’eau manque, la nourriture et le gaz de cuisine également. Tipzi Livni, actuelle ministre des Affaires étrangères, parle avec cynisme d'”une petite diète” imposée aux palestiniens. Dans le noir, la faim et le froid, les palestiniens ont peur. Ils sont traqués par les bombes, les chars et les navires israéliens. Traqués comme des rats. La frontière à Rafah est fermée. Ils ne peuvent se réfugier en Egypte. Alors ils se se réfugient dans les écoles, dans les structures des Nations-Unies, du CICR… Mais même là-bas, ils ne sont pas en sécurité, comme en témoigne le bombardement de l’école de l’UNRWA. 44 morts. Mais Israël sait déployer ses armes rhétoriques, des membres du mouvement “terroriste” Hamas avaient lancé des roquettes depuis cette école. Après enquête de l’UNRWA, aucune roquette n’avait été tirée dans les heures qui précédaient ces bombardements meurtriers. Israël insiste. Machination. Hier, un membre du personnel de l’UNRWA est décédé. Le convoi humanitaire qu’il acheminait a été pris pour cible par l’armée israélienne. C’est trop, pour l’UNRWA, qui décide, en signe de protestation, de suspendre ses opérations humanitaires à Gaza. C’est trop pour le CICR également, qui proteste en vain, contre le refus systématique d’Israël de leur permettre l’accès aux blessés coincés sous les décombres. Le CICR suspend également ses activités, momentanément nous l’espérons, car la population gazaouie a besoin de cette aide. Israël empêche l’entrée d’ONG étrangères à Gaza au passage d’Erez. Les ONG locales doivent faire face seules à l’horreur. La crise humanitaire est réelle. Et, non, il faut le dire, le répéter, Israël n’épargne pas les civils. L’argument que le Hamas se cache parmi les civils (bouclier-humain) n’est pas valable. Si Israël veut combattre le Hamas, qu’il lui ouvre les portes du désert du Neguev et l’invite à se battre là-bas. Comment sur une terre si étroite, aussi densément peuplée, les membres Hamas ne pourraient pas se confondre avec les civils?

Comment accepter qu’Israël agresse avec des armes si sophistiquées une milice qui fabrique artisanalement des roquettes? L’Union européenne l’a dit : ces frappes sont dispropotionnées. Sarkozy l’a répété lors de son ballet diplomatique au Moyen-Orient : “il n’y a pas de solution militaire”. Le dialogue ne peut qu’être la solution, mais Israël le refuse impunément. Quel est alors l’objectif d’Israël?

Ont été retrouvés dans une maison il y a quelques jours, une mère et ses quatres enfants. Elle était morte, eux étaient vivants et attendaient des secours depuis plus de deux jours. Face à cette horreur, sans doute faut-il méditer la phrase prononcée en 2002 par Moshe Yaalon, alors chef d’Etat-major de Tsahal (l’armée israélienne) : “Les Palestiniens doivent comprendre au plus profond d’eux-mêmes qu’ils sont un peuple vaincu.” Israël s’y emploie, soutenu par les Etats-Unis, qui ont voté aujourd’hui une résolution de soutien à Israël dans ses opérations militaires contre les “terroristes” du Hamas. Belle rhétorique sans cesse déployée qui permet de justifier le pire. Ainsi, malgré l’adoption d’une résolution au Conseil de sécurité, Israël poursuit et intensifie ses agressions en toute impunité aux yeux du Congrès et du gouvernement américain.

Advertisements

Leave a comment

Filed under French, Media and Journalism, Politics, Social

Map of Gaza 120109 http://kharita.wordpress.com

Map of Gaza 120109 http://kharita.wordpress.com

Leave a comment

Filed under Demographics, English, Politics, Social

Operación Plomo Impune en La Brecha

Artículo publicado en: http://www.brecha.com.uy/alter/index.php?option=com_content&task=view&id=585&Itemid=70

17-01-2009

Operación Plomo Impune

Para justificarse, el terrorismo de estado fabrica terroristas: siembra odio y cosecha coartadas. Todo indica que esta carnicería de Gaza, que según sus autores quiere acabar con los terroristas, logrará multiplicarlos. *** Desde 1948, los palestinos viven condenados a humillación perpetua. No pueden ni respirar sin permiso. Han perdido su patria, sus tierras, su agua, su libertad, su todo. Ni siquiera tienen derecho a elegir sus gobernantes. Cuando votan a quien no deben votar, son castigados. Gaza está siendo castigada. Se convirtió en una ratonera sin salida, desde que Hamas ganó limpiamente las elecciones en el año 2006. Algo parecido había ocurrido en 1932, cuando el Partido Comunista triunfó en las elecciones de El Salvador. Bañados en sangre, los salvadoreños expiaron su mala conducta y desde entonces vivieron sometidos a dictaduras militares. La democracia es un lujo que no todos merecen. *** Son hijos de la impotencia los cohetes caseros que los militantes de Hamas, acorralados en Gaza, disparan con chambona puntería sobre las tierras que habían sido palestinas y que la ocupación israelita usurpó. Y la desesperación, a la orilla de la locura suicida, es la madre de las bravatas que niegan el derecho a la existencia de Israel, gritos sin ninguna eficacia, mientras la muy eficaz guerra de exterminio está negando, desde hace años, el derecho a la existencia de Palestina. Ya poca Palestina queda. Paso a paso, Israel la está borrando del mapa. Los colonos invaden, y tras ellos los soldados van corrigiendo la frontera. Las balas sacralizan el despojo, en legítima defensa. No hay guerra agresiva que no diga ser guerra defensiva. Hitler invadió Polonia para evitar que Polonia invadiera Alemania. Bush invadió Irak para evitar que Irak invadiera el mundo. En cada una de sus guerras defensivas, Israel se ha tragado otro pedazo de Palestina, y los almuerzos siguen. La devoración se justifica por los títulos de propiedad que la Biblia otorgó, por los dos mil años de persecución que el pueblo judío sufrió, y por el pánico que generan los palestinos al acecho. *** Israel es el país que jamás cumple las recomendaciones ni las resoluciones de las Naciones Unidas, el que nunca acata las sentencias de los tribunales internacionales, el que se burla de las leyes internacionales, y es también el único país que ha legalizado la tortura de prisioneros. ¿Quién le regaló el derecho de negar todos los derechos? ¿De dónde viene la impunidad con que Israel está ejecutando la matanza de Gaza? El gobierno español no hubiera podido bombardear impunemente al País Vasco para acabar con ETA, ni el gobierno británico hubiera podido arrasar Irlanda para liquidar a IRA. ¿Acaso la tragedia del Holocausto implica una póliza de eterna impunidad? ¿O esa luz verde proviene de la potencia mandamás que tiene en Israel al más incondicional de sus vasallos? *** El ejército israelí, el más moderno y sofisticado del mundo, sabe a quien mata. No mata por error. Mata por horror. Las víctimas civiles se llaman daños colaterales, según el diccionario de otras guerras imperiales. En Gaza, de cada diez daños colaterales, tres son niños. Y suman miles los mutilados, víctimas de la tecnología del descuartizamiento humano, que la industria militar está ensayando exitosamente en esta operación de limpieza étnica. Y como siempre, siempre lo mismo: en Gaza, cien a uno. Por cada cien palestinos muertos, un israelí. Gente peligrosa, advierte el otro bombardeo, a cargo de los medios masivos de manipulación, que nos invitan a creer que una vida israelí vale tanto como cien vidas palestinas. Y esos medios también nos invitan a creer que son humanitarias las doscientas bombas atómicas de Israel, y que una potencia nuclear llamada Irán fue la que aniquiló Hiroshima y Nagasaki. *** La llamada comunidad internacional , ¿existe? ¿Es algo más que un club de mercaderes, banqueros y guerreros? ¿Es algo más que el nombre artístico que los Estados Unidos se ponen cuando hacen teatro? Ante la tragedia de Gaza, la hipocresía mundial se luce una vez más. Como siempre, la indiferencia, los discursos vacíos, las declaraciones huecas, las declamaciones altisonantes, las posturas ambiguas, rinden tributo a la sagrada impunidad. Ante la tragedia de Gaza, los países árabes se lavan las manos. Como siempre. Y como siempre, los países europeos se frotan las manos. La vieja Europa, tan capaz de belleza y de perversidad, derrama alguna que otra lágrima, mientras secretamente celebra esta jugada maestra. Porque la cacería de judíos fue siempre una costumbre europea, pero desde hace medio siglo esa deuda histórica está siendo cobrada a los palestinos, que también son semitas y que nunca fueron, ni son, antisemitas. Ellos están pagando, en sangre contante y sonante, una cuenta ajena. (Este artículo está dedicado a mis amigos judíos asesinados por las dictaduras latinoamericanas que Israel asesoró)

Leave a comment

Filed under Politics, Spanish